Nouvelle

Portrait: Isak Goldschneider

Vendredi 28 mars 2014

Directeur artistique — Innovations en concert.

Isak Goldschneider, qui est arrivé discrètement à Innovations en concert grâce au programme Premières expériences de travail dans des fonctions liées au domaine artistique du Conseil des arts de Montréal, prend ses aises rapidement à la direction générale de la société de concerts. Ce n’est que très récemment, avec le départ de Cassandra Miller qui poursuit ses études en Angleterre, qu’il ajoute les rênes artistiques à son attirail. En juin 2012, son travail artistique avait été remarqué lors de l’événement Sinking of the Titanic présenté dans le cadre du festival Suoni per il popolo. Responsable du projet, il avait également dirigé l’ensemble Innovarumori, interprète de l’œuvre de Gavin Bryars.

Bien que discret, son engagement musical n’en est pas moins total. Clarinettiste, compositeur, chef d’orchestre, producteur, il alterne les rôles au fil de ses projets de «musique créative» passant du jazz au classique contemporain, toujours avec cet esprit de nouveauté. Il amène à Innovations en concert son riche bagage qui l’a mené à se produire et à enregistrer au Canada et en Europe.

«J’aime Montréal, c’est un jardin secret musical, d’une richesse et d’une créativité!» Voilà ce qu’il a dit lors de notre dernière rencontre lorsqu’a été évoquée la raison de sa présence à Montréal. Et il insiste beaucoup sur l’importance des rencontres insolites génératrices de créativité, d’effervescence. C’est un peu la marque de commerce d’Innovations en concert au fil des ans que ce soit par un récital de duo de violon avec deux des plus grands violonistes canadiens – Andrew Wan et Jonathan Crow – dans l’intimité de la Chapelle historique du Bon-Pasteur, ou lors d’un entracte d’un match de basketball avec l’œuvre pour bicyclettes et haut-parleurs de Richard Reed Parry, bassiste du groupe indie rock Arcade Fire. Il est prêt au défi, il en est même emballé!