Nouvelle

Pourquoi aller au concert d’… Ekumen

Mario Gauthier
Vendredi 6 janvier 2012

Clic-bouge-Clic-bouge-Clic-bouge-Clic-bouge-Clic-bouge-Clic-bouge-Clic-bouge-Clic…

Vous savez combien de fois il fallait faire cela, il y a peu de temps encore, pour créer une seconde dans un film d’animation? Minimalement 16 fois. Ce qui veut dire 960 fois par minute.

Curieusement, c’est très proche de la musique électroacoustique, ça: cette façon de fabriquer des images l’une après l’autre. Comme l’image elle-même d’ailleurs, l’imaginaire, l’onirique qu’elle suggère ou implique. D’ailleurs, on a parlé pendant longtemps de «cinéma pour l’oreille» à propos d’elle.

Il y a une expérience perceptive bien spéciale à faire, là, profonde et souvent intense.

Bien des gens se demandent: «Mais comment doit-on l’écouter, cette musique? Personne ne joue. On ne voit rien (elle est souvent diffusée dans le noir). Il y a ces bruits qui vont et viennent dans l’espace et qui ne sont pas “de la musique ”On ne comprend pas».

Et si je vous disais que justement, il ne faut pas chercher à comprendre, mais à la recevoir, sans pensée, sans préjugés, cette musique; à la laisser prendre place en vous comme on le fait quand on regarde un film?

Quand vous visionnez un film, vous demandez-vous chaque minute: «pourquoi cette image est-elle là?» ou encore: «est-ce que cette maison est vraie?»? Et, quand il y a une voix ou un son hors champ, vous ne vous dites pas non plus «ça ne se peut pas parce que je ne vois rien sur l’écran», n’est-ce pas?

C’est pareil pour l’électroacoustique: il faut l’écouter… comme on regarderait un film.

Et ce particulièrement quand l’idée qui sous-tend le concert est justement le hors-champ, c’est-à-dire ce qui réfère aux cotés de l’écran de cinéma, là où il n’y a rien, que du son justement.

(… )

Clic-bouge-Clic-bouge-Clic-bouge-Clic-bouge-Clic-bouge-Clic-bouge-Clic-bouge-Clic…

Ekumen, un regroupement d’artistes qui promeuvent la création sonore électroacoustique, explorera, via le travail de six artistes, les rapports entre sons et images sous toutes sortes d’angles: pouvoir d’évocation, rôle et effet du bruitage, création d’images sonores et/ou visuelles, etc.

Imaginer pour voir et voir l’imaginaire, et cela, dans une salle de projection?

C’est «à voir» il me semble…