Nouvelle

Pourquoi aller au concert (solo) de… Tim Brady / Bradyworks

Mario Gauthier
Mardi 4 octobre 2011

Peut-être, d’abord et avant tout, parce que Tim Brady est indéniablement un des meilleurs guitaristes du Québec, tous genres confondus!

Ça peut avoir l’air prétentieux, dit comme ça, mais, pour avoir travaillé avec lui à diverses reprises par le passé, je peux vous assurer qu’il fait littéralement fi de toutes les difficultés, qu’elles soient techniques ou musicales.

Tim Brady a fondé Bradyworks dans le but de pouvoir faire jouer sa propre musique. Ce qui fait qu’on pourrait le soupçonner d’arrogance ou de prétention. Mais point s’en faut! Sa musique défie simplement les catégories traditionnelles et demande, pour être correctement interprétée, un état d’esprit bien particulier. Tim Brady a donc simplement considéré nécessaire de fonder son propre ensemble.

Faut-il entendre par là que la musique qu’il compose est «injouable» (ce qui est faux, bien sûr puisque Bradyworks réussit à les jouer, ces œuvres!), et, en sus, «inécoutable»?

Nenni! Tim et son ensemble ont, au contraire, choisi une voie (une voix?) bien particulière: celle de faire cohabiter ensemble des éléments issus des musiques «populaires», c’est-à-dire jazz, musiques minimalistes (Steve Reich, Philip Glass), etc. avec les préceptes, plus rétifs d’apparence, de la musique contemporaine dite «savante». Car, ce qui préoccupe Bradyworks depuis sa fondation, c’est le métissage, c’est-à-dire créer une musique qui soit à la fois accessible et savante. Et aussi, de chercher à créer quelque chose qui étonne tout en détonant, surprend et interpelle l’intelligence (et le cœur aussi).

Origine du projet qu’il présentera au cours de ce concert: parce qu’il joue depuis 25 ans de la guitare électrique, il se pose des questions telles que: «C’est quoi, jouer un instrument avec un fil et un ampli et des bidules? C’est quoi, jouer fort, jouer doucement? C’est quoi, être musicien? C’est quoi, le son, le silence?» (extrait des notes de programmes fournis par Le Vivier) … et bien d’autres encore… Il s’est alors dit: pourquoi ne pas en faire les thèmes d’un concert où l’on y intégrerait bandes préenregistrées, vidéos et théâtre?

Sans savoir ce que ça donnera, on peut donc dire qu’on y proposera, sinon, de multiples manières d’apprécier les musiques nouvelles, d’en entrevoir quelques enjeux!

En plus, Tim lancera, ce soir-là, un coffret de 3 CD & DVD, dont le titre est… 24 frames

Bandes préenregistrées, vidéos, 24 frames… Il y un lien entre les choses, là, il me semble.