Photo d'Émilie Fortin

Émilie Fortin

Directrice artistique

La pratique artistique d’Émilie Fortin tourne autour de trois axes : la création de nouveau répertoire via une étroite collaboration entre interprète et compositeur.trice, l’exploration de nouveaux sons à travers l’improvisation ainsi que la pédagogie.
Cherchant constamment à enrichir le répertoire de la trompette, elle a participé à la création de plus d’une quarantaine d’œuvres. Ses futures et présentes collaborations incluent des éléments physiques, en lien avec ses diverses formations en mime corporel, danse et théâtre. Depuis 2018, elle est également la directrice artistique du collectif de solistes Bakarlari, qui se dédie à la musique contemporaine et de création en version solo en offrant des expériences de concert qui sortent du cadre traditionnel. Bakarlari est soutenu par le Groupe Le Vivier.


Elle est également membre de l’ensemble torontois Freesound, qui se consacre à la musique contemporaine sous toutes ses formes.
Comme improvisatrice, Émilie se démarque par son approche rigoureuse qui se concentre sur la musique bruitiste. Ses collaborations dénombrent des enregistrements et des performances avec, entre autres, Éric Normand, Ida Toninato, Eric Lewis, Zeena Parkins et Geneviève Gauthier.

Se perfectionnant avec de grands maîtres tels que Marco Blaauw et Peter Evans, Émilie cherche toujours à se dépasser dans sa pratique personnelle. C'est dans cette optique qu’on compte notamment des participations à soundSCAPE Festival (Italie), Summer Institute for Contemporary Performance and Practice (Boston), Oh My Ears (Arizona) et Northwestern  New Music Conference (Chicago). Elle a travaillé, entre autres, avec les membres de l’International Contemporary Ensemble (Centre des Arts de Banff), Ensemble Musikfabrik (Bauwerke Brass Academy), Ensemble Modern (Klangspuren Schwaz) et Vinko Globokar (Laboratorium). De plus, elle a performé aux côtés de Productions SuperMusique (PSM) et du Nouvel Ensemble Moderne (NEM).

Croyant fermement que la pédagogie est un élément indissociable à l’interprétation, Émilie est enseignante dans diverses écoles secondaires et camps musicaux de la région montréalaise en tant que spécialiste. Pendant trois années, elle a enseigné le trombone, la trompette et la théorie musicale à Croix-des-Bouquets et Jacmel (Haïti) dans le cadre du programme les Ambassadeurs. Pendant la saison 2017-2018, elle eut la chance de se perfectionner en enseignement communautaire avec l’équipe de The Global Leaders, ayant été l’une des 35 personnes sélectionnées à travers le monde pour faire partie de cette aventure. Cela lui permit d’être professeure invitée en Bolivie (Conservatorio Plurinacional de Mùsica), au Chili (Viva la Mùsica Panguipulli), au Panama (Orquestra Veragüense de Vientos ) et à Washington (DC Youth Orchestra Program).

Étant une ardente défenseure de la représentativité chez les cuivres ainsi que de la démocratisation de la musique contemporaine, Émilie a présenté le fruit de ses réflexions notamment au Forum 2021 de l’IRCAM, à l’UQAM (Différences et inégalités de genre dans la musique au Québec), au Vivier Interuniversitaire et à La Ligue canadienne des compositeurs.

Originaire de l’Abitibi-Témiscamingue, elle a étudié au Conservatoire de musique de Val-d’Or dans la classe de Frédéric Demers, ainsi qu’en interprétation classique avec Lise Bouchard à l’Université de Montréal. En 2017, elle termine sa maîtrise à l’université McGill sous la tutelle de Russell DeVuyst

Émilie est boursière du Conseil des Arts du Canada et du Conseil des Arts de Montréal.