News / Headlines

Paris-Montréal: Nouveau rayonnement pour nos compositeurs

Wednesday, March 26, 2014

Le Vivier est heureux d’annoncer, en collaboration avec l’Ina-GRM (Paris), les lauréats de son premier appel de projets aux compositeurs québécois et français pour deux commandes avec résidences de création et diffusion en concert, à Paris et à Montréal. Il s’agit d’une collaboration à long terme entre Le Vivier et l’Ina-GRM visant à développer le rayonnement international de nos compositeurs, ainsi que les échanges artistiques entre nos communautés. Cette première édition se poursuivra donc chaque année.

Voici les résultats de la cuvée 2014. En présélection, trois compositeurs québécois ont été retenus par un jury québécois: Monique Jean, Félix-Antoine Morin et James O’Callaghan.

  • Le lauréat québécois est: James O’Callaghan

En présélection, trois compositeurs français ont été retenus par le jury français: Hervé Birolini, Régis Renouard Larivière et Gilles Sivilotto.

  • Le lauréat français est: Hervé Birolini

Les deux lauréats remportent une commande d’une valeur de 2500 euros et une résidence de création de deux semaines en studio (le Québécois à Paris et le Français à Montréal). Les œuvres seront présentées à l’Auditorium Saint-Germain de la Maison des pratiques artistiques amateurs à Paris en janvier 2015, puis à Montréal lors des Journées d’informatique musicale. Notons que le concert à Montréal sera présenté par Le Vivier en collaboration avec Akousma et le CIRMMT (Centre for Interdisciplinary Research in Music Media and Technology).

Avantages «collatéraux»

«Nous avons écouté avec plaisir ces musiques. La sélection du Vivier est très bonne. C’était difficile [de choisir] car toutes les propositions sont pertinentes. Nous avons décidé — hors ce strict partenariat — d’inviter à Paris Monique Jean pour qu’elle joue sur l’Acousmonium son œuvre TAG qui est une belle réussite. Enfin, dans la mesure où j’anime des émissions radio sur France Musique, je ferai au mois de juin un programme avec les trois [Québécois] sélectionnés et leur musique dans l’émission “Électrain de nuit”.» — Christian Zanesi, responsable de l’Ina-GRM.

Les membres du jury québécois étaient: Marie-Chantal Leclair, saxophoniste, directrice artistique de Quasar et membre du comité de coordination artistique du Vivier; Fabrice Marandola, percussionniste, directeur artistique de Sixtrum et du CIRMMT, membre du comité de coordination artistique du Vivier; et Louis Dufort, compositeur, directeur artistique de Akousma.

Les membres du jury français étaient: François Bonnet, chercheur, chargé de programmation auprès de Christian Zanési et coordinateur pédagogique du parcours acousmatique et arts sonores; Christian Zanési, responsable de l’Ina-GRM, chargé de la direction artistique des concerts et des programmes radio.

À propos de de l’Ina-GRM

Le Groupe de Recherches Musicales (GRM) développe depuis 1958 des activités de création et de recherche dans le domaine du son et des musiques électroacoustiques. Il participe également à la mission de conservation et de valorisation du patrimoine sonore. En plus de 50 ans d’existence, le GRM a collaboré avec les plus grands compositeurs et a développé des logiciels de création musicale performants. Pionnier de la musique électroacoustique, le GRM est un laboratoire d’expérimentation sonore unique au monde. Les activités de création et de production musicales sont regroupées principalement au studio 116 au sein de la Maison de la Radio, à Paris.

X-Art en atelier à Parc-Extension

Friday, March 21, 2014

Sylvain Pohu et Emmanuelle Lizère ont commencé une série d’ateliers sur le processus créatif avec les jeunes du quartier Parc-Extension au centre communautaire de l’Organisation des jeunes de Parc-Extension (PEYO) en février dernier.

L’idée est d’offrir à de jeunes adultes l’opportunité de faire de l’exploration sonore. L’apprentissage de la prise de son, des techniques de transformation et de montage avec deux spécialistes en musique et une vingtaine d’artistes invités dans le but de soulever l’intérêt des participants et favoriser leur développement social.

Ils sont près d’une dizaine à profiter de la démarche du compositeur et guitariste Sylvain Pohu et de la spécialiste de la médiation Emmanuelle Lizère. Le Vivier et PEYO prévoient présenter une quinzaine d’ateliers jusqu’au mois de juin.

PEYO vient en aide aux gens dans le besoin et dynamise la vie communautaire du quartier depuis 1967. C’est un espace réservé aux jeunes de 16 à 30 ans pour favoriser leur créativité, apporter de l’aide au devoir et soutenir une démarche de recherche d’emploi.

X-Art est l’un des projets qui s’adressent aux jeunes afin de leur offrir un lieu de développement et de création idéal. Le projet est rendu possible grâce au soutien de la Ville de Montréal dans le cadre du programme Art et communauté.

Le printemps sera numérique à Montréal

Thursday, March 20, 2014

Voici le communiqué officiel du Printemps numérique de la Conférence régionale des élus de Montréal.

Montréal, 20 mars 2014 – C’est devant près de 300 personnes que sera dévoilée, ce soir au Musée d’art contemporain, la programmation du Printemps numérique. On pourra y découvrir 77 événements qui seront présentés par pas moins de 56 organisations, soutenues par la Conférence régionale des élus (CRÉ) de Montréal, et de nombreux partenaires institutionnels et médiatiques.

Cette édition se veut la première d’une saison annuelle qui proposera au public et aux touristes une myriade de découvertes: espaces interactifs, expériences immersives, vernissages, performances visuelles et sonores, visites de studios, projections et installations publiques.

«Toute la créativité numérique montréalaise est au rendez-vous. Et elle est considérable! Nos artistes, l’industrie des effets spéciaux et des jeux vidéo, les start up. Tout le monde s’est donné la main pour nous présenter une saison remarquable. Montréal est, à plus d’un titre, une capitale nord-américaine de la créativité numérique. Le Printemps numérique s’est donné comme mission de la faire connaître et de la faire rayonner», explique madame Manon Barbe, présidente de la CRÉ.

Véritable plateforme pour rassembler, amplifier, rendre visible, lier et promouvoir de façon commune le travail des différents acteurs de la créativité numérique, le Printemps numérique permettra d’offrir aux Montréalais et Montréalaises, de même qu’aux touristes, une programmation thématique éclatée, et ce, avant la haute saison des festivals.

«La créativité numérique montréalaise, ses artistes, ses pratiques et ses créations ne demandent qu’à rayonner, et la proposition d’une signature thématique, conjuguée à une promotion commune, permet de faire valoir l’effervescence de nos talents, de même que leur rôle moteur.», estime Manon Barbe.

«Montréal se réjouit de la tenue de cette première édition du Printemps numérique qui fait figure de véritable vitrine de la créativité des arts numériques montréalais. Plus encore, le nombre et la qualité des différents événements qui y sont présentés contribuent à faire de la métropole une des principales villes intelligentes et numériques dans le monde.» de déclarer M. Harout Chitilian, vice-président du comité exécutif de la Ville de Montréal, responsable de la Ville intelligente et des technologies de l’information.

John Zeppetelli, directeur général et conservateur en chef du Musée d’art contemporain, a commenté cette première collaboration: «Le MAC se fait un honneur d’être partie prenante de ce grand événement qu’est le Printemps numérique, autant pour sa contribution sur le plan du contenu que pour les collaborations qu’il a établies avec des organismes culturels de très haut calibre. Nous saluons le dynamisme exceptionnel de la scène montréalaise numérique et souhaitons longue vie au Printemps numérique.»

L’ensemble de la programmation prendra la forme d’un crescendo culminant en mai avec plusieurs événements d’envergure internationale. Mentionnons, entre autres, la BIAN qui fera un retour pour sa 2e édition, les festivals ELEKTRA et MUTEK qui fêteront en toute complicité leur 15e anniversaire (EM15), la Société des arts technologiques (SAT) et son Symposium international sur la créativité immersive et le centre d’artistes Eastern Bloc avec la 6e édition de son Festival Sight & Sound.

Pour connaître la programmation complète: www.printempsnumerique.ca

Le Printemps numérique bénéficie du soutien du Conseil des arts de Montréal, de Tourisme Montréal et de La Vitrine. Il est réalisé en association avec le journal Métro.

À propos du Printemps numérique

La première édition du Printemps numérique compte 77 événements, dont plusieurs se déploient en une multitude d’activités se déroulant du 21 mars au 21 juin 2014. Capitale des arts numériques, Montréal concocte pour l’amateur, ou le promeneur, une saison de découvertes. Espaces interactifs, performances visuelles et sonores, expériences immersives, production 3D, musique électronique de pointe, installations, visites de studios, vernissages, des événements de calibre international, une création contemporaine où les disciplines se remixent.

À propos de la CRÉ de Montréal

Interlocuteur privilégié du gouvernement du Québec en matière de développement régional, la Conférence régionale des élus (CRÉ) de Montréal regroupe les leaders politiques et socioéconomiques de l’île de Montréal. Elle a pour mandat de favoriser le développement de son territoire par une approche concertée. Elle est soutenue financièrement par le gouvernement du Québec, dans le cadre d’ententes administrées par le Secrétariat à la région métropolitaine.

Chevalier Jean-Jacques Nattiez

Monday, March 10, 2014

L’éminent musicologue et cofondateur de la revue Circuit, musiques contemporaines, Jean-Jacques Nattiez, a été nommé Chevalier de l’Ordre des Arts et Lettres de la République française le 20 février en présence du consul général de France à Québec, Nicolas Chibaeff et de plusieurs dignitaires à l’Université de Montréal. Une nouvelle très réjouissante pour le milieu des musiques nouvelles montréalaise qui est passé un peu sous le radar.

Voici l’article publié sur UdeM Nouvelles:

Jean-Jacques Nattiez, professeur émérite à la Faculté de musique de l’UdeM, est devenu, le 20 février dernier, Chevalier de l’Ordre des Arts et des Lettres de la République française.

Cet insigne lui a été remis lors d’une soirée hommage organisée en son honneur, en présence notamment de Nicolas Chibaeff, consul général de France à Québec, Louise Roy, chancelière de l’UdeM et du recteur Guy Breton.

L’Ordre des Arts et des Lettres récompense des personnes qui se sont distinguées par leur création dans le domaine artistique ou littéraire ou par la contribution qu’elles ont apportée au rayonnement des arts et des lettres en France et dans le monde.

Jean-Jacques Nattiez est en effet reconnu comme l’une des sommités internationales dans le domaine de la musicologie.

Ce français, installé au Québec depuis 44 ans, est l’une des rares personnes à s’être illustrée dans toutes les sphères de la musicologie: histoire de la musique, analyse musicale, ethnomusicologie et anthropologie de la musique, psychologie de la musique et esthétique musicale. On lui doit notamment la direction d’une magistrale encyclopédie de la musique en 5 volumes, Musiques: une encyclopédie pour le XXIe siècle.

Durant sa carrière, Jean-Jacques Nattiez a reçu de nombreux hommages. Officier de l’Ordre du Canada et chevalier de l’Ordre du Québec, il est également le récipiendaire du prix Léon-Gérin du gouvernement du Québec et du prix Killam du Conseil des Arts du Canada.

Cette soirée, rythmée par diverses prestations musicales, dont un récital du baryton renommé John Fanning, était également l’occasion de célébrer le départ à la retraite de celui qui enseigne à l’Université de Montréal depuis 1972.

Isabelle Panneton, doyenne de la Faculté de musique, a tenu à remercier Jean-Jacques Nattiez «pour sa contribution exceptionnelle au développement de la musicologie, tant au Québec qu’au Canada et à l’étranger», affirmant qu’il «a été un ambassadeur de prestige exceptionnel, nous seulement de la Faculté de musique mais aussi de l’Université de Montréal.»

Le Vivier s’implante au Gesù

Tuesday, February 25, 2014

Le ministre de la Culture et des Communications du Québec, Maka Kotto, annonce un accord de principe de 600 000$ pour l’implantation du Vivier au Gesù — Centre de créativité lors d’une conférence de presse aujourd’hui.

L’implantation au Gesù représente donc un pas important vers l’accomplissement du projet de Carrefour des musiques nouvelles. Plusieurs subventionneurs, membres du Vivier ainsi que des dignitaires du milieu de la musique, étaient présents à la conférence de presse afin de souligner ce mariage de passion, de mission et de raison.

Voici le communiqué du ministère de la Culture et des Communications du Québec:

Le Gesù accueillera en résidence Le Vivier

Montréal, le 25 février 2014 — Le ministre de la Culture et des Communications, Maka Kotto, annonce un accord de principe de 600 000$ en vue de l’aménagement du Vivier au Gesù. À la somme annoncée aujourd’hui, le Conseil des arts et des lettres du Québec ajoutera 100 000$ par année pour les trois prochains exercices financiers constituant ainsi une aide supplémentaire au fonctionnement du Vivier.

«Déjà reconnus sur la scène internationale, les créateurs québécois membres du Vivier, en aménageant au Gesù, pourront continuer à enrichir la scène musicale de Montréal et du Québec tout entier. Cet accord permettra d’ouvrir au public l’accès au nouveau répertoire musical ainsi qu’aux tendances des compositeurs d’aujourd’hui», a déclaré Maka Kotto.

Le Vivier est un diffuseur spécialisé qui réunit 33 organismes ou ensembles de musique émergente. Il offre une programmation de concerts à l’année en lien avec sa mission qui est de favoriser le développement et l’essor des musiques de création. Le mandat du Vivier est centré sur la diffusion, la médiation culturelle et l’amélioration de la pratique artistique.

L’accord de principe annoncé aujourd’hui permettra de poursuivre la définition du projet d’aménagement et d’en finaliser le montage financier. Tout en poursuivant sa mission de centre de créativité, le Gesù accueillera ainsi un nouveau pôle de création et de recherche en musiques nouvelles et contemporaines. L’implantation du Vivier dans un lieu permanent, adapté à sa mission, permettra d’instaurer un véritable carrefour des musiques nouvelles.

2012-13 — Un grand millésime

Thursday, January 30, 2014

La 17e remise des prix Opus du Conseil québécois de la musique (CQM) a généré une belle récolte pour les musiques nouvelles. Pas moins de 9 trophées ont été décernés à des artisans de la musique d’aujourd’hui lors du gala tenu le 26 janvier à la salle Bourgie du Musée des Beaux-Arts de Montréal.

C’est en présence du ministre Kotto et du milieu de la musique québécoise que Mario Paquet et ses collègues à l’antenne d’Espace Musique, Marie-Christine Trottier et Sylvia L’Écuyer, ont animé ce dimanche de célébration sous le thème des souvenirs d’enfance, vêtus à la Bobino. Un vibrant hommage sous le signe de la nostalgie a été rendu au contrebassiste jazz Michel Donato pour souligner sa carrière exceptionnelle.

Il y avait évidemment les catégories «musique nouvelle» pour lesquelles le milieu s’attendait à un prix, mais mentionnons les belles surprises que furent les Opus Découverte de l’annéeet Concert de l’année — Montréal remis respectivement au compositeur en résidence de l’Orchestre Métropolitain Éric Champagne, et au Quatuor Molinari pour le concert Le Quatuor selon la Seconde École de Vienne en coproduction avec le festival MNM de la SMCQ. Mention spéciale également au trophée de l’Événement musical de l’année remis à l’Opéra de Montréal pour la présentation de Dead Man Walking de Jack Heggie et Terrence McNally d’après le livre La dernière marche de sœur Helen Prejean.

Le Vivier tient aussi à souligner le travail de Maxime McKinley, récipiendaire du titre de Compositeur de l’année. En résidence à la Chapelle historique du Bon-Pasteur, il s’est démarqué tout au long de l’année par ses projets et collaborations. Les autres gagnants de la soirée sont Greffes de Monique Jean, Tim Brady, Lori Freedman et André Leroux sous étiquette empreintes DIGITALes pour Disque de l’année — Musique actuelle, électroacoustique; 21 courtes pièces sur des textes d’Étienne Lalonde d’André Hamel comme Création de l’année présentée dans le cadre du concert Au dessus de l’horizon par le festival MNM (SMCQ) en coproduction avec l’Ensemble Allogène; Jonathan Crow et Andrew Wan ont mis la main sur le prix du Concert de l’année — Musique moderne, contemporaine avec Rencontres virtuoses d’Innovations en concert; et, finalement, Bad Trip de Codes d’accès et l’Ensemble La Machine a gagné le prix du Concert de l’année — Musique actuelle, électroacoustique.

Éric Champagne s’est vu remettre un chèque de 2 500$ de la part de Fordia, compagnie d’extraction de métaux précieux. Le Quatuor Molinari a reçu un montant de 3 000$ de la part du Conseil des Arts de Montréal pour son prix, tandis que Maxime McKinley est reparti avec une bourse de 10 000$ du Conseil des arts et des lettres du Québec. Le Vivier tient à féliciter l’ensemble des artistes en nomination, tous les gagnants d’un prix Opus, ainsi que le CQM pour l’organisation de cette belle fête de la musique québécoise.