Nouvelle

Portrait: Pierre Labbé

Mercredi 1 avril 2015

«Vous savez, ce quatrième mur au théâtre qui fait que les acteurs jouent comme s’il n’y avait pas de public, eh bien ce mur, j’aime le briser. Je veux être en contact avec le public, je veux communiquer avec lui, comme je communique avec mes complices musiciens».

Ce dialogue, Pierre Labbé l’applique aussi dans ses compositions où il fait converger des langages différents. Des rendez-vous artistiques avec Michel Faubert, issu de la musique traditionnelle, Pierre Tanguay, Bernard Falaise, issus des musiques nouvelles, un choc des styles qui donne lieu à de Sacrées Rencontres!

Si Pierre Labbé était un monument, il serait un pont. Il agit comme trait d’union, provoquant la rencontre de différents artistes, genres, styles, formes d’art et langages. Pierre Labbé aime s’alimenter des autres disciplines artistiques, ce qui donne des compositions très originales. Il brise les murs, mais aussi les cloisonnements qui existent entre les genres musicaux. Encore aujourd’hui, les institutions restent très encadrées, il est difficile d’ouvrir les horizons même en musique de création. Pourtant, Pierre Labbé a plusieurs fois relevé ce défi. Notamment avec le projet Tremblement de fer qui intègre musique actuelle, rock, jazz et musique classique, avec un quatuor à cordes.

Pierre Labbé ne fait pas que des projets grand public. Un volet important dans sa carrière de compositeur est de concevoir des spectacles pour les enfants. Sa création Pierre et le pou a été lauréat de la «Production de l’année» jeune public au gala des Prix Opus 2015. Ce public, Pierre le connaît bien, il sait que les enfants ont besoin d’un contact humain. Lorsqu’il est sur scène, il prend le temps de mettre en place ce lien qui les rassure. Ainsi le contact est créé et la complicité peut se développer.

Le 23 avril aura lieu le lancement de Tromper Eustache, un disque où plusieurs langages se mélangent et donnent naissance à du jazz contemporain!

La prochaine période s’annonce occupée pour Pierre. Jamais dans sa vie il n’aura présenté autant de spectacles en un mois, presque un par jour: 28 représentations! Ce nombre comprend cinq spectacles différents de Sacré Tympan, quatre créations de Pierre ainsi qu’une collaboration avec Marie Eykel en partenariat avec le Musée des beaux-arts de Montréal dans le cadre du festival Petits Bonheurs et une semaine de résidence avec l’ensemble à percussion Sixtrum pour un nouveau spectacle, dont la première mouture sortira le 22 mai!

Les œuvres de Pierre vont bien avec sa personnalité, il suffit d’écouter sa musique pour savoir que c’est un explorateur éclectique. Il s’est vite rendu compte être fait pour la musique, pour la scène, ça coule de source et c’est avec passion qu’il nous raconte tous ses projets.