Nouvelle

Portrait: Lorraine Vaillancourt

Mercredi 30 avril 2014

Directrice artistique — Nouvel Ensemble Moderne (NEM).

«J’aime bien la complexité, je pense que ce devrait être une des premières choses qu’on apprend aux enfants, le désir de la complexité!» — Lorraine Vaillancourt.

Lorraine Vaillancourt en est à sa 25e saison à la barre du Nouvel Ensemble Moderne (NEM). Ce simple fait d’armes pourrait enorgueillir suffisamment bien des gens, mais c’est résumer beaucoup trop simplement l’apport et l’influence qu’a eue cette femme de tête, de complexité et de rigueur.

Pianiste, chef d’orchestre, fondatrice du NEM, cofondatrice de la revue Circuit — référence en musique contemporaine, cofondatrice de la société de concerts Les événements du Neuf (1978 — 1989), enseignante depuis 1971, présidente du Conseil Québécois de la musique de 1998 à 2001, membre du CA du CALQ de 2001 à 2006, elle a façonné, formé, influencé bien des destins par ses gestes et ses paroles.

Depuis quelque temps déjà les honneurs s’accumulent, viennent s’ajouter ceux de la Société Royale du Canada et un Doctorat honoris causa de l’Université Laval. Pas que le temps passe trop vite, mais plutôt qu’il est témoin d’un travail remarquable.

Travail qui s’incarne dans un cheminement de connaissance, de recherche, de passion, par la raison, par l’intuition, où le temps a toujours été l’ultime quête. «L’idée c’est de donner aux musiciens le temps de travailler cette musique et de réaliser à quel point ça en vaut la peine. À partir du moment où on va un petit peu en profondeur, les œuvres se projettent automatiquement beaucoup mieux et par conséquent, les gens les reçoivent beaucoup mieux.»

«Ça me surprend encore après 40 ans de découvrir qu’il y a encore des compositeurs, des jeunes et des vieux, qui ont des voix originales». À 25 ans, le NEM est une institution essentielle à la musique moderne, contemporaine et à la création. Lorraine Vaillancourt aussi.