Nouvelle

Portrait: Tim Brady

Jeudi 30 janvier 2014

Directeur artistique — Bradyworks.

«Le milieu des musiques nouvelles atteint présentement une masse critique et il y a un effet boule de neige dans l’évolution des projets. Beaucoup de belles choses s’en viennent, joignez-vous au mouvement!» — Tim Brady

Malgré le temps qui passe, l’expérience accumulée, Tim conserve cette fraicheur spontanée qu’ont les jeunes qui font ce qu’ils aiment. Et ce qu’il préfère, c’est de jouer de la guitare électrique. Aligner les notes les unes après les autres, faire onduler les haut-parleurs, faire tinter les pick-up, déclencher les pédales. Il en mange de la note!

Tel est son destin depuis ce soir heureux de 1964 où, en même temps que le reste de l’Amérique, il découvre les Beatles au Ed Sullivan Show. C’est le point de départ d’un parcours qui le mène du rock, au jazz, à la musique contemporaine en passant par le minimalisme. Guitare à la main, la musique jaillit, l’effet grisant est immédiat.

Cette candeur lui confère une énergie, une vitalité aussi électrique que sa guitare. Et le voilà qu’il s’implique. Guitariste, compositeur, gestionnaire de Bradyworks, président du Réseau canadien pour les musiques nouvelles (RCMN), ex-directeur artistique fondateur d’Innovations en concert. Il écrit régulièrement dans la revue Musicworks, il a été membre du conseil d’administration de Codes d’accès, de la Ligue canadienne des compositeurs et du Music Gallery. Tim fait partie de ceux qui conduisent le train.

«C’est remarquable l’impulsion qu’a donnée Tim au RCMN depuis neuf ans. Il est vraiment arrivé à regrouper les forces, à créer un plateau commun de réflexion et à lui donner une antenne internationale.», affirme Pierrette Gingras, directrice générale du Vivier. Tim a en effet eu une très grosse année. Après son implication dans le succès de IAMA Montréal — 2013 en novembre dernier, c’est au tour de Forum 2014 du RCMN qui vient de se conclure à Calgary.

Musicalement, il vient de terminer une résidence à l’Orchestre symphonique de Laval avec lequel il a créé 5 œuvres dont un concerto pour alto, en plus d’animer plusieurs ateliers. Au cours de cette période il a aussi créé Atacama: symphonie #3 pour chœur et ensemble avec VivaVoce au Festival de musique actuelle de Victoriaville. Cette œuvre, encensée par la critique et honorée d’un prix Opus de création de l’année en 2012, a été endisquée sous étiquette ATMA Classique.

L’an dernier, dans le cadre de la saison Le Vivier, il a présenté le stimulant Spountaneous Sonata Project avec les pianistes Brigitte Poulin et François Bourassa. Projet avec lequel il partira en tournée au Québec au cours des prochains mois. Il continue d’alimenter cette flamme de la création en proposant le concert inaugural de Instruments of Happiness, son tout nouveau quatuor de guitares électriques formé de Gary Schwartz; Antoine Berthiaume et Michel Héroux. Comme un poisson dans l’eau, il sourit à l’évocation du nom de son ensemble, c’est ça le bonheur, et il saura le partager.

Et que dire de la versatilité qu’il démontre dans la gestion de ses nombreux dossiers! Que ce soit pour piloter des rencontres politiques, pour composer une nouvelle œuvre orchestrale, ou pour l’interprétation d’une œuvre virtuose sur scène, Tim Brady est synonyme d’efficacité, d’énergie, de bonne humeur et de guitare électrique. «Ma femme est probablement la principale raison pour laquelle je fais de la guitare depuis 46 ans!