Nouvelle

Portrait: Louis Dufort

Jeudi 3 octobre 2013

Directeur artistique — Akousma.

«La composition est tellement foisonnante de sons, elle est tellement complexe en soi qu’on essaie d’attirer l’attention vers une écoute intérieure, vers une écoute immersive. Et ce qui est intéressant lorsqu’on est entouré de son, c’est que le son parle à notre oreille, mais aussi à notre corps. Donc, il y a un aspect kinesthésique qui se produit, c’est-à-dire qu’il y a une symbiose entre notre conscience et notre corps.»

Lorsque Louis Dufort, directeur artistique du festival Akousma, évoque l’expérience du public des musiques électroacoustiques, c’est avec un pétillement dans l’œil et dans la voix. Il est résolument un homme et un artiste moderne. Il s’immisce dans sa cité, s’imprègne de l’ambiance actuelle, des nouvelles tendances, des pratiques de la marge, mais conserve une lecture historique et un rapport au passé. C’est l’archétype de l’artiste accompli qui joue le rôle d’un phare scrutant l’horizon à 360 degrés, oriente les voyageurs par sa clairvoyance et empêche le monde de sombrer par sa lumière.

La métaphore peut sembler pompeuse, mais le bagage que Louis Dufort a accumulé traduit bien cette notion de présence en société. Sa musique est qualifiée d’expressionniste et sa pratique, qui démarre avec l’électroacoustique, s’éclate rapidement avec l’introduction de pratiques mixtes, de collaborations avec le milieu de la danse et de musique multimédia.

Il a longtemps été le musicien attitré de Marie Chouinard, grande papesse de l’avant-garde de la danse mondiale. C’est d’ailleurs en signant la trame sonore de bODY_rEMIX/gOLDBERG_vARIATIONS que son rayonnement atteint le grand public, sans enlever l’importance de la mention qu’il a reçue des Prix Ars Electronica pour son travail en électroacoustique quelques années plus tôt. La production de Marie Chouinard est créée lors de la Biennale de Venise en 2005, summum de l’audace et de l’art actuel. Au fil du temps, il va d’ailleurs participer à plus de la moitié des œuvres de la compagnie de la célèbre danseuse et chorégraphe.

Sa vision artistique et sa recherche de la poésie font de lui un excellent conseiller. À ce titre, le festival Elektra et la SMCQ ainsi que ses élèves du Conservatoire de musique de Montréal profitent de ses expériences. Artiste accompli, à l’avant-scène et l’avant-garde de sa pratique, créateur audacieux qui déborde les frontières de son milieu, conseille ses pairs et guide la jeunesse par ses enseignements; Louis Dufort est un passeur. Ce qu’il aime de son travail pour le festival Akousma, c’est la découverte du travail sonore des artistes qu’il y invite. «Savoir comment ces sons-là peuvent raconter une histoire lorsqu’ils sont mis dans un certain ordre, c’est ça pour moi l’intérêt, l’aspect poétique de la chose.»