Biographie

Marie-Hélène Breault

Marie-Hélène Breault, à titre de flûtiste, est spécialisée dans l’interprétation du répertoire des vingtième et vingt-et-unième siècles. Comme soliste et chambriste, elle s’est distinguée par ses interprétations d’œuvres de Karlheinz Stockhausen et sa participation à la création de pièces de Katia Makdissi-Warren, Gabriel Dharmoo, Andrew Staniland, Emily Hall, René Orea, Analía Llugdar et Martijn Voorvelt. Son répertoire compte aussi des œuvres de Edgard Varèse, Pierre Boulez, Luciano Berio, Gilles Mottet, Toru Takemitsu, Gilles Tremblay, Denis Gougeon et Yves Daoust, pour n’en nommer que quelques-uns. Elle se produit régulièrement avec la Société de musique contemporaine du Québec (SMCQ) et l’Ensemble contemporain de Montréal (ECM+) et elle touche aussi au répertoire classique et à l’improvisation dans le cadre de divers projets, notamment avec la pianiste Pamela Reimer, avec qui elle forme un duo. Au fil des ans, elle a aussi joué pour les Jeunesses musicales du Canada, Innovations en concert, OktoÉcho, Codes d’accès et Sixtrum. Elle a également co-signé des pièces avec les compositeurs Katia Makdissi-Warren (2012) et Martin Bédard (2013).

Marie-Hélène Breault est aussi active dans le domaine de la recherche. En 2005, elle a complété un doctorat en interprétation consacré aux œuvres pour flûte tirées de l’opéra Samstag aus Licht de Stockhausen, sous la direction de Lise Daoust, à l’Université de Montréal. Puis, en 2013, elle a terminé une thèse de musicologie consacrée au rôle de l’interprète-chercheur en création et re-création musicale, sous la direction de Michel Duchesneau et Caroline Traube, à l’Université de Montréal. Grâce à une bourse postdoctorale en recherche-création du FRQSC, elle poursuit actuellement ses recherches sur l’application des modes créatifs issus du théâtre au domaine musical, au laboratoire Matralab de l’Université Concordia sous la supervision du compositeur et metteur en scène Sandeep Bhagwati. Par le biais de ce projet, elle touche à l’improvisation et à la composition, tout en s’intéressant à des questions de recherche diversifiées, telles que la perspective interprétative en recherche-création, la création collective ou collaborative et le commissariat dans les arts de la scène, plus particulièrement en musique.

De 2008 à 2013, elle a été directrice générale et artistique d’E27, un organisme de production de concerts contemporains établi à Québec. Pendant son mandat, elle a organisé et signé une quinzaine de productions présentées dans divers contextes constituant autant d’alternatives au rituel du concert conventionnel, entre autres, des programmes en lien avec des expositions du Musée national des beaux-arts du Québec, des concerts théâtralisés et mis en scène et des récitals commentés dans des cafés. En octobre 2013, elle a été nommée présidente au conseil d’administration.

Marie-Hélène Breault est par ailleurs diplômée du Conservatoire du Québec (Prix avec grande distinction, 2000) et de Yale University (Artist Diploma, 2002). Au fil des ans, elle a reçu plusieurs bourses de recherche et création du Conseil des arts et des lettres du Québec et elle s’est mérité divers honneurs, dont le Prix Desjardins pour étudiants-chercheurs de l’ACFAS (2007), une nomination sur la liste d’honneur du doyen pour son doctorat en interprétation (2005) et deux prix d’interprétation aux Stockhausen-Kurse de Kürten (2004 et 2006). Plusieurs concerts auxquels elle a participé à titre de soliste ou de productrice ont été finalistes ou lauréats aux Prix Opus du Conseil québécois de la musique (CQM). Elle a présenté plusieurs concerts et conférences à l’étranger, notamment au Mexique, en France et aux États-Unis, et a siégé aux conseils d’administration de Codes d’accès (2006-07) et du CQM (2010-12).

[x-13]