Nouvelles / Chroniques

Guide d’exploration: Jeux

Vendredi 24 mai 2013

In Extensio présente un concert pour solistes de proximité sous le thème du jeu.

Contexte

In Extensio s’est inspiré du terme latin pour définir l’identité de l’ensemble à géométrie variable. Par extension et allongement explique très bien l’aisance que ces jeunes musiciennes ont à inviter d’autres instrumentistes à les rejoindre. Il n’en demeure pas moins que la magie de la trinité s’accomplit à merveille: trois instruments, trois filles, trois piliers. Créativité — innovation — technologie.

Attraits

Assister à un spectacle, une projection de film ou un concert en présence de jeunes change énormément l’ambiance. Cela permet un décorum différent, une proximité avec les solistes, surtout qu’ils et elles seront prêts à répondre au flot de questions qui bourdonnent dans l’imaginaire d’un enfant. Le but de ce concert est aussi d’oublier la distance et la séparation entre la scène et le public. Le fait de présenter des œuvres pour solistes rend la tâche plus facile. Même si c’est un premier contact avec la musique contemporaine, l’écoute est allégée comparativement à la densité d’un orchestre. Cela permet aussi de découvrir des instruments que nous avons rarement la chance d’entendre seuls.

Une gourmandise pour les oreilles

La soirée est organisée un peu à la manière d’un cocktail: prestations en solo de courtes pièces, public festif. Service après service, dégustez la virtuosité et la différence comme si vous profitiez d’un long apéro de tapas consommés directement au bar ou dans la rue. C’est d’ailleurs l’invitation que vous lancent les filles d’In Extensio: «Venez déguster, restez pour parler!»

Prérequis

Soyez libre et généreux de votre amour pour la musique, mais aussi de son enseignement. Si le cœur vous en dit, vous pourriez écouter quelques bons classiques de flûte, clarinette et violoncelle pour constater l’évolution de la technique de jeu et vous mettre à l’oreille le timbre de chacun d’eux.

Guide d’exploration: Totem électrique V

Samedi 18 mai 2013

Totem Contemporain n’a pas vraiment eu de commencement, ayant toujours existé, du moins dans l’esprit de Jean-François Laporte. Cette idée de prendre des objets «utilitaires» et d’en tirer les sonorités, volontairement ou accidentellement, existe depuis la création de l’Homme. Le travail de Jean-François Laporte commence tout de même publiquement en 1995, 2003 pour l’appellation Totem Contemporain. À la manière d’un mineur-joallier, il extrait des matériaux bruts, les raffine, les taille et les ciselle pour en faire des joyaux. C’est un atelier de lutherie, une usine, un laboratoire qui réutilise des objets familiers pour en faire des lyres, des totems.

Attraits

Si vous n’avez jamais vu ou même entendu de Tu-Yo, d’orgue à sirène, de bols Khôra et de FlyingCan, dites-vous qu’il n’est jamais trop tard pour le faire. L’inédit n’est pas seulement réservé à l’auditeur. Les compositeurs, comme les interprètes doivent recommencer à zéro: pas de technique instrumentale, pas de tradition, de convention, de traité, de cadre. Ça ouvre les portes à toutes les possibilités, un véritable apprentissage permanent. Prenez la peine d’aller voir les partitions (lien): la nécessité de transmettre des gestes et des idées nouvelles en fait de véritables œuvres d’art. Les productions Totem Contemporain nous donnent toujours un spectacle très intense, soit par l’énergie et la puissance, soit par l’apaisement.

Savourez le son

Attendez-vous à déguster quelque chose de complètement nouveau. Les saveurs sont insoupçonnées, les odeurs inouïes et les textures inattendues. Le chef vous offre un cinq services englobant et inédit!

Prérequis

Totem électrique se visite avec l’esprit ouvert et plein d’humour serein. Le talent de Jean-François Laporte ne s’arrête pas ici; jetez un coup d’œil à ses partitions et vous aurez un impressionnant aperçu de ses créations musicales à l’écrit.

Coup d’œil sur une partition

Guide d’exploration: Coups de cœur des 15 ans du Quatuor Molinari

Jeudi 18 avril 2013

Le Quatuor Molinari est un incontournable de la scène musicale canadienne. À l’image du peintre qui leur a donné un nom et une magnifique identité visuelle, l’ensemble présente les grands classiques avec précision, des créations avec énergie et des projets originaux hauts en couleurs. Pour ce programme anniversaire, le choix des œuvres évoque bien le parcours du quatuor. D’abord avec un des pères de la musique moderne, Béla Bartók, dont les quatuors en plus d’être de grands chefs d’œuvre, ont permis à l’ensemble de sculpter sa sonorité, raffiner son identité, découvrir sa personnalité musicale. Le Quatuor Molinari tient aussi à souligner la relation particulière qu’il entretient depuis sa fondation en 1997 avec le grand compositeur canadien R. Murray Schafer, Ayant déjà créé trois de ses quatuors, l’occasion est idéale pour garnir son catalogue d’un nouvel opus. De plus, le Quatuor Molinari lancera lors du concert, son double CD des quatuors nos. 8-12 de Schafer. L’ensemble interprète également le premier quatuor de Goubaïdoulina ainsi que le quatrième de Schnittke, deux compositeurs qu’il affectionne particulièrement.

Attraits

Venez célébrer le 15e anniversaire de ce quatuor qui ne cesse d’affirmer sa grande virtuosité et son engagement envers la musique d’aujourd’hui. Les classiques, ce sont les valeurs sûres, mais aussi les œuvres clefs du répertoire: œuvres gigantesques aux difficultés inouïes et à la beauté intemporelle. Comme le Molinari a déjà présenté les intégrales des quatuors à cordes des quatre compositeurs, 15 ans de mûrissement teintent le son de cette performance. Situation exceptionnelle qui tient au dévouement hors du commun de la violoniste et âme de l’ensemble, Olga Ranzenhofer. Et comme lors des grands soirs les astres s’alignent, l’événement souligne également le quatre-vingtième anniversaire du peintre Guido Molinari (1933-2004) et de R. Murray Schafer.

Gastronomie

À la manière des grands chefs, le Molinari vous convie à une expérience haute en couleurs. Pour une célébration digne de ce nom, vos hôtes vous offrent leurs «classiques» qui ont forgé le caractère, le son et l’identité «aromatique» de l’ensemble. Champagne!

Préparation

Depuis peu, une intégrale des quatuors à cordes de Schnittke est disponible chez tous les bons disquaires. L’ensemble a également enregistré tout Schafer et un album des œuvres de Goubaïdoulina sera également enregistré d’ici la fin de l’année. Bonne écoute!

Guide d’exploration: L’Arche

Lundi 8 avril 2013

Contexte sociohistorique

L’Arche est un plaidoyer pour la Nature. Notre Nature, celle que nous avons reçue en partage et dont nous avons la charge de préserver pour la transmettre, intacte, aux générations futures. Le prétexte de cette thématique n’est pas anodin, car le spectacle est présenté dans le cadre des festivités de la journée de la Terre. L’Arche fut présentée lors de l’année internationale de la biodiversité. Le Biodôme, la Commission canadienne pour l’UNESCO et le Secrétariat de la Convention sur la Diversité biologique de l’ONU appuient cette production.

Attraits

À la fois, prise de position sur les enjeux écologiques et œuvre d’une grande poésie visuelle et sonore, L’Arche crée une véritable symbiose entre les arts du cirque, les technologies du multimédia et la musique. Jouant sur la tridimensionnalité de l’espace, L’Arche présente un univers tout en image où l’homme jouxte son habitat naturel… pour le meilleur et pour le pire. Un spectacle magique dont la force poétique réussit à transmettre une énergie positive et un spectacle sans parole accessible à tous où les images parlent d’elles-mêmes.

La trame sonore originale a été composée par le compositeur canadien de renommée internationale, Denis Gougeon. Créée par Lorena Corradi et Reggi Ettore, la production réunit les talents de Julie Lachance à la mise en scène, Pier Chartrand et Bernard Duguay à la conception et à la réalisation multimédia.

L’Arche a été présentée en tournée au Canada, en Asie, aux États-Unis et en Europe. Partout où elle passe, elle marque l’imaginaire des spectateurs. Éveil, sensibilisation, espoir, voilà le discours de L’Arche. Bref, un univers de magie et de sensations à découvrir!

Avant de partir…

Un petit lexique de termes des arts du cirque auxquels vous serez confrontés:

Le tissu est une discipline de cirque qui fait partie des numéros aériens dans lequel on enchaîne des figures complexes à plusieurs mètres du sol. Il nécessite des bras musclés, car tout mouvement se fait d’abord à la force des bras puis à l’aide de celle des pieds.

Trapèze: on distingue plusieurs formes de trapèze fixe, ballant, volant ou trapèze Washington.

Les échasses sont des pièces longilignes que l’on ajoute sous les pieds pour gagner de l’altitude. Faites le plus fréquemment en bois ou en métal, elles permettent d’atteindre des hauteurs qui varient en règle générale entre 20 à 30 cm pour les débutants et dépassant les 8 mètres, pour les professionnels. Le record du monde étant à plusieurs dizaines de mètres.

Guide d’exploration: Rencontres virtuoses

Jeudi 4 avril 2013

Les récitals en duo de violons sont plutôt rares et la formule laisse peu de place aux musiques nouvelles. Grâce à l’éclectisme d’Innovations en concert, nous avons droit à la rencontre de deux jeunes virtuoses. Ils nous proposent les meilleurs duos de violons des XXe et XXIe siècle avec deux créations de compositeurs montréalais.

Attrait

Andrew Wan, violon solo de l’Orchestre symphonique de Montréal (OSM) depuis 2008 et Jonathan Crow, violon solo de l’Orchestre symphonique de Toronto depuis 2011 (anciennement violon solo à l’OSM) se retrouvent entre deux symphonies afin de faire place à un répertoire rarement offert à Montréal. Profitez d’une occasion unique d’entendre ces deux grands musiciens d’orchestre en duo.

Au programme, la « danse du moustique » de Bartòk pour les nostalgiques de l’été, une relecture humoristique de la musique de Mozart par Schnittke (vidéo), une sonate presque romantique de Prokofiev, des petits trésors à la haïku de Takemitsu, du Berio, ainsi que deux créations de compositeurs montréalais, Michael Oesterle et Maxime McKinley.

Gastronomie

L’événement est comparable à l’accueil de deux grands chefs dans sa propre cuisine. Comme les deux musiciens sont de grands complices et qu’ils s’adonnent à leur plus grande passion dans l’intimité de la Chapelle historique du Bon-Pasteur, le résultat ne sera que relevé!

Préparation

Si vous doutez de la partie humoristique, il faut dire que c’est de l’humour de musicien. Mais si vous êtes un amateur de PDQ Bach, cet humour vous connaît. Si ce nom ne vous évoque rien, voici une vidéo qui pourra vous faire découvrir l’humour du monde de la musique classique où la cadence et la citation étranges remplacent la trivialité des blagues de la marque «Juste pour rire».